Histoires

Accidents du travail: la préparation est la chose la plus importante

Depuis 100 ans, la Suva assure les travailleurs et veille à ce que leur existence ne soit pas menacée après un accident. Toutefois, de nos jours, l’assurance fournit bien plus. Elle agit de manière préventive. Les installateurs-électriciens en profitent également.

Les chantiers sont souvent à l’origine d’accidents. Egalement pour les installateurs-électriciens. Les coupures, chutes et les accidents dus à des trébuchements sont plus fréquents que les électrocutions. La raison en est certainement une plus grande prise de conscience des risques liés à l’électricité. En même temps, le travail de prévention effectué par la Caisse nationale suisse en cas d’accidents (Suva) en collaboration avec l’USIE porte ses fruits. Le fait que la Suva fête son 100e anniversaire en 2018 est une raison suffisante pour jeter un regard sur son passé couronné de succès. Car la compagnie d’assurance a réussi à atteindre trois objectifs importants. D’une part, elle a donné aux travailleurs une certaine sécurité sociale par le biais de l’assurance, et d’autre part, elle empêche les accidents du travail et pendant les loisirs grâce à de nombreux cours et campagnes d’information. Elle donne également des impulsions à la médicine des accidents. Grâce à ce bilan de performances, la Suva est aujourd’hui une des institutions sociales incontestées du pays – et est aussi importante que l’assurance maladie ou l’AVS. Il y avait à peine 100 ans, un grave accident du travail suffisait pour que l’existence d’une famille soit en danger – avec toutes les conséquences graves telles que la mendicité ou le travail des enfants.

Il ne doit plus y avoir d’accidents

La source des accidents dans les professions de l’électricité est – comme mentionné ci-dessus – souvent le chantier. Toutefois, un grand nombre de choses a changé sur le chantier ces dernières décennies. Les échelles ont été remplacées par des échafaudages, il y a de l’ordre par terre, les casques de protection sont devenus indispensables et la harasse de bière a disparu. Roland Schürmann, responsable pour les professions de l’électro à la Suva, explique: «La prise de conscience du danger a fortement augmenté. Les outils de travail modernes tels que les plate-formes élévatrices, les plate-formes roulantes ou les marchepieds permettent un travail plus sûr qu’avec l’échelle double habituelle. De plus, l’acceptation du port d’équipement de protection individuelle a fortement augmenté.» Toutefois, Schürmann s’attaque aux difficultés: «En fait, il ne devrait plus y avoir d’accidents graves sur les chantiers. Les dangers sont connus. Les accidents sont souvent dus au non-respect des règles vitales.» L’exemple suivant le prouve: sur un chantier, un employé devait apporter l’appareil de mesure à un collègue autorisé à faire des mesures. Toutefois, il a voulu effectuer lui-même les mesures de court-circuit, et a branché les câbles de mesure de manière incorrecte en raison du manque de connaissances spécialisées. Un court-circuit s’est produit entre les câbles de mesure. L’arc électrique a causé des brûlures à la main et au visage du collaborateur. Roland Schürmann: «Lorsqu’il s’agit de travaux du domaine de la haute tension, la conscience des risques est renforcée, toutefois, quand il s’agit de basse tension, les senseurs sont souvent moins activés. Le risque est sous-estimé.» Malheureusement, les accidents avec de la hausse ou de la basse tension ont souvent des conséquences graves. Le risque de mourir lors d’un accident lié à l’électricité est 50 fois plus élevé que pour d’autres accidents. Les accidents secondaires ne doivent pas non plus être négligés: quand un monteur tombe de l’échelle ou de l’échafaudage à la suite d’une électrocution et qu’il est gravement blessé par la chute. Pour éviter cela, les sources potentielles de danger doivent toujours être éliminées avant le début des travaux sur des installations électriques. Cela fait partie des «5 + 5 règles vitales» pour les travaux sur ou à proximité d’installations électriques. La Suva a élaboré la base de ces règles en collaboration avec d’autres organisations de la branche de l’électricité. L’ESTI (Inspection fédérale des installations à courant fort) collecte et évalue également les statistiques sur les accidents liés à l’électricité, car il existe une obligation légale de déclarer ceux-ci. Le travail de prévention porte ses fruits, car il n’y a pas eu d’accidents mortels en relation avec l’électricité en 2016 et 2017.

Préparation du travail élémentaire

Une constatation importante découle de l’analyse des accidents du travail. La préparation du travail est essentielle. Un installateur-électricien ou une installatrice- électricienne doit réfléchir soigneusement à ce qui est nécessaire sur le chantier. Si quelqu’un oublie quelque chose, on choisira trop souvent la voie hasardeuse par commodité et le travail est tout de même exécuté. Ceux qui suivent les recommandations de la Suva et de l’USIE savent qu’une préparation minutieuse du travail avec évaluation des risques est nécessaire. Roland Schürmann explique: «Les incertitudes présentent du danger.» L’exemple mentionné ci-dessus avec les brûlures à la main et au visage montrent ce qui se passe si les règles ne sont pas respectées. Les collaborateurs ne connaissaient pas les «règles vitales 5 + 5» et ils ne disposaient pas non plus des équipements de protection nécessaires pour des travaux sous tension. Les travaux ont été effectués sans mandat, les collaborateurs n’étaient pas contrôlés, l’équipement de travail adéquat n’était pas disponible et le niveau de formation ne répondait pas aux exigences du travail effectué.

Prendre soi-même de la responsabilité

La prévention des accidents du travail n’est plus une question de mesures techniques. Bien des choses ont été et seront faites à l’avenir pour assurer la sécurité. Toutefois, surtout lorsque l’on travaille sur des installations électriques, il est très important d’avoir des connaissances solides et d’adopter un comportement correct lors de l’exécution des travaux. D’une part, les supérieurs sont tenus d’instruire, de contrôler et d’appliquer conséquemment les règles vitales. D’autre part, les collaborateurs sont tenus de respecter conséquemment les règles. Avec l’initialisation de la Charte de la sécurité (www.charte-securite. ch), la Suva a de plus créé une plateforme d’alliance pour plus de sécurité au travail entres les partenaires impliqués dans le travail. Si toutefois un accident se produit avec des conséquences graves, un installateur-électricien devient un cas de la Suva. La Suva accompagne de près les blessés durant leur processus de guérison. Roland Schürmann: «L’objectif principal est de les réintégrer le plus rapidement possible dans le processus de travail.»